Il y à 10 mois

Accent circonflexe : à vous de choisir qui porte le chapeau !

Pas toujours facile de savoir s’il faut mettre un accent circonflexe… ou pas. Boîte ? Flûte ? Piqûre ? Maître ? S’il vous plait ? Détendez-vous : depuis 1990 et les « rectifications de l’orthographe », il est facultatif sur les « i » et les « u » ! À quelques exceptions près, bien entendu, mais qui tombent sous le sens : on garde l’accent s’il permet d’éviter les confusions : jeune et jeûne, sur et sûr…et il reste obligatoire dans les terminaisons verbales (qu’il fût).

L’emploi du circonflexe, incohérent et arbitraire

Drôle d’idée vous trouvez de nous laisser choisir de mettre ou pas un chapeau ? La vérité, di-on, c’est que l’emploi du circonflexe est incohérent et arbitraire (on s’en doutait…) : cet accent ne marque ni timbre, ni durée, à l’exception de quelques mots en syllabe accentuée. Exemples d’usages qui laissent perplexes :

  • Chaîne et haine
  • Voûte et route
  • Bûche et huche…

Un accent, comme un boulet...

La force de l’habitude ? Une coquetterie ? Certains veulent leur voyelle bien chapeautée qu’on se le dise ! Si Benoît peut s’écrire Benoit, Benoît Hopquin, grand reporter au journal Le Monde tient à son accent « comme à la prunelle des ses yeux ».

Autre exemple : Enchaîné » pourrait s’écrire « enchainé »… Mais pour le journal satirique il n’est pas question de se séparer de ce circonflexe : Le Canard enchaîne reste enchaîné, un point c’est tout !

En ce qui me concerne, et n’ayant pas d’action sur cet accent, je dis OUI ! à cette toute petite simplification.

En savoir + sur l'accent circonflexe.